Quand Jay-z dit « I got 99 problems but… » l’entrepreneur ajoute « …motivation ain’t one » !

Quand Jay-z dit « I got 99 problems but… » l’entrepreneur ajoute « …motivation ain’t one » !

« Qu’est-ce qui vous motive ? »

« Comment faites-vous pour trouver la motivation en tant qu’entrepreneur et chef d’entreprise ? »

« Quel est votre secret qui vous permet de tenir debout ? »


Trois questions, qui, si vous êtes un chef d’entreprise vous sont sûrement familières. Quelques mots, simples. Des questions courtes, extraordinairement courantes.

De prime abord, la réponse semble si évidente.

« Voyons, j’entreprends pour m’enrichir, gagner de l’argent ».

joakim-badar-1368784125

Ou, « j’entreprends car je veux être mon propre patron, je ne supporte pas les ordres ».

becoming-your-own-boss

Sinon, « j’entreprends pour me réaliser, m’accomplir… »

pyramide_maslow

Pour d’autres il s’agira « de me faire un nom, une place dans la société et ainsi être reconnu socialement »

1875

Pour certains, il s’agit de « créer mon emploi, je veux être un JCD (comprenons par là un Jeune Chômeur qui se Débrouille et non pas un Jeune Cadre Dynamique »

maxresdefault


Questions familières aux réponses familières. Répliques que nous retrouvons dans les interviews et témoignages des entrepreneurs (comme si nous nous étions tous passés le mot  ;) )

Honnêtement, toutes ses motivations sont respectables et honorables. D’ailleurs, l’une de mes réponses se trouvait parmi les raisons invoquées ci-dessus.

Cependant, depuis quelques temps (certains mettent en cause une soudaine crise de la trentaine), ces questions viennent frapper à la porte de mon esprit. A force, je les ai laissé entrer, afin d’échanger avec elles (elles ont vraiment insisté).

Après plusieurs conversations, la certitude relative à ma réelle motivation est devenue un doute. Cette certitude s’est transformée en questions…

En fin de compte une motivation plus forte que la réalisation de soi n’existe-t-elle pas ?

La motivation entrepreneuriale, ne devrait-elle pas résider dans l’objet même qui nous pousse à entreprendre ?

En d’autres termes, la motivation n’est ce pas simplement le motif ?

Cette motivation peut-elle se compter en millions de FCFA ?

Cette motivation peut-elle se contenter de la satisfaction d’un « égo individualiste » ?

Cette motivation peut-elle se réfugier dans nos ambitions sociales ?


A y réfléchir de plus près, les motivations ci-dessus sont, certes « valables » mais elles sont aussi problématiques. Prenons les individuellement et essayons de dégager leurs limites.

Entreprendre pour s’enrichir

La course à la richesse est une course sans fin. Comme le dit l’artiste Youssoupha – dans Espérance de vie –

“Quand vient la mort, on t’enterre sans tes milliards, est-ce que t’as déjà vu un coffre-fort à l’arrière d’un corbillard ?”.  

Riches, nous pouvons satisfaire nos envies matérielles, acheter la dernière montre ou voiture, posséder des biens, nous soigner à coup de « shopping » . Et après ? Gagner plus… Pour dépenser plus… Et (re)gagner plus pour (dé)penser plus. Une vraie spirale infernale loin d’être pertinente pour un entrepreneur.

Entreprendre pour être son propre patron

De nombreux entrepreneurs sont convaincus que leur caractère et personnalité leur empêchent d’avoir un patron et de recevoir des ordres. Faux et problématique ! Le chef d’entreprise a paradoxalement peut être plus de patrons que ses employés. Pour vous en convaincre, je vous partage une contribution de Sérigne BARRO (de People Input) qui illustre si bien cette situation. Participant à un panel organisé au JETIC (en 2013), le fondateur de People Input confiait à l’assistance qu’un chef d’entreprise n’a pas un patron mais plusieurs patrons :

« l’Etat, les associés, les investisseurs à qui le chef d’entreprise rend des comptes et surtout les employés ».

Entreprendre pour satisfaire le besoin de réalisation ou d’accomplissement de soi

Comme le montre le schéma ci-dessous qui reprend la Pyramide des Besoins d’Abraham Maslow, le besoin de s’accomplir est le besoin le plus élevé de la pyramide.

pyramide_maslow

C’est l’étape que nous souhaitons atteindre et qui est importante pour tout un chacun.

Cependant, ce que nous oublions souvent, c’est qu’à la fin de sa vie Maslow a revu sa Pyramide. En effet, il a identifié un besoin motivationnel, plus fort encore que la réalisation de soi, ce nouveau degré qu’il a appelé dépassement de soi. A ce stade, le besoin se satisfait par la volonté de l’être humain à vouloir accompagner d’autres à se réaliser et à satisfaire leurs besoins. La réalisation de soi n’est donc plus le “graal” de l’entrepreneur. 

Entreprendre pour être reconnu socialement

Le problème le plus sérieux. Entreprendre en se regardant tous les matins dans le “miroir social”. Vivre en fonction de l’image que nous renvoie la société. Je me permets de ne pas m’attarder sur cette motivation car elle est purement artificielle. Elle emprisonne l’entrepreneur qui prend des décisions liées à sa condition sociale.

Entreprendre pour créer son propre emploi

Il est vrai qu’un entrepreneur crée son propre emploi. Mais s’il s’avère que c’est sa seule motivation pourquoi ne pas simplement être consultant ? Pourquoi construire une équipe, investir dans le développement d’un capital humain ?

Retour à la case départ, quelle est donc la réponse?


Ma vérité du moment, réponse à la question “qu’est-ce qui vous motive” est : la transmission, aider son prochain, son équipe, son économie, son pays, son continent à avancer, oeuvrer pour faire progresser les choses.


C’est la vérité que nous développons chez By Filling. Au début de l’aventure, il était bien entendu question de digital, notre coeur de métier était le développement de sites web. Nous le faisions pour gagner de l’argent. En 2016, nous bâtissons l’agence en ayant une perspective bien différente. Cette perspective est de démocratiser les évolutions positives de notre époque : en ce moment le marketing digital, demain, qui sait la robotique. Nous irons là où les progrès positifs nous mènerons. Cette motivation, c’est le motif. C’est ce que nous retrouvons dans l’esprit du #yesso (qui signifie aller de l’avant dans une langue africaine).

Attention, ceci ne veut pas dire que les besoins financiers, de réalisation ne sont pas pertinents. Je pense juste qu’il est préférable de bâtir son entreprise autour d’un autre axe de développement.

Ceci ne veut non plus pas dire qu’en jouant un rôle autre que le sien nous ne serons pas compétents. Mais en jouant le rôle que nous souhaitons faire nous devenons juste extraordinaire et le meilleur dans ce domaine.

L’argent, la réalisation de soi, la création d’un emploi sont des moyens pour atteindre une fin plus grande et utile : contribuer à laisser un héritage utile et durable au service de la communauté. 


Cette motivation est fondamentale pour tout entrepreneur. C’est l’essence, le moteur qui fait avancer la voiture. Sans cette ressource, il est possible de ressentir de la solitude et peu d’envie dans nos actes. Sans motivation, nos actes s’inscrivent dans des projections à court terme. Sans motivation, l’enthousiasme du début s’essouffle et fait place à la crainte et aux plaintes.

A terme, je pense (trop peu d’années d’expérience pour l’affirmer) qu’une motivation stimulante est source de succès. Cette motivation est l’empreinte que nous voulons laisser. C’est d’ailleurs ce que me disait Docta lors d’une magnifique soirée organisée par l’agence McCANN Sénégal. Lors d’une courte conversation (comme quoi la durée ne fait pas la qualité), Docta a établit un parallèle intéressant entre l’empreinte digitale humaine et l’entreprenariat. Il me dit :

« Nous avons chacun des empreintes différentes car nous sommes uniques et surtout parce que chacun veut laisser son empreinte sur terre ». – Docta

J’adhère complètement à ce parallèle et j’espère qu’en tant que chef d’entreprise, entrepreneur vous avez trouvé une motivation qui vous aidera à vous transcender. Une motivation qui donne du sens (direction et signification) à ce que vous faites en ce moment et qui aura toujours de la valeur pour les 5, 10 prochaines années.

Ainsi, vous pourrez sans aucun doute répondre à Jay-Z “…. but motivation ain’t one”…

Ce qu’un entrepreneur retiendra de Kobe Bryant – « This is more than a game, this a passion » – Kobe Bryant / Lil Wayne

Ce qu’un entrepreneur retiendra de Kobe Bryant  – « This is more than a game, this a passion » – Kobe Bryant / Lil Wayne

La rédaction de ce billet débute alors que Kobe Bryant vient de jouer son dernier match au Madison Square Garden.

Kobe Bryant fait ses adieux au Madison Square Garden
Kobe Bryant fait ses adieux à Carmelo Anthony et au Madison Square Garden

Premier billet de ce blog, première attention portée sur ce joueur et premier titre d’article tirée des paroles de « Kobe Bryant » de Lil Wayne.

Ma passion pour le basket et ma fidélité pour les Los Angeles Lakers débutent en 1996. Cette année, un rookie (un jeune joueur qui vient d’arriver en NBA) foule les parquets des plus grandes franchises du monde.

Objectif : établir de nouveaux records et « défier » les légendes de la fin du 20ème siècle.

« I wanna be the best.
I wanna be the best that ever played, and thats why I play the game.
And to be the best you have to win.
And thats what drives me. » – Paroles extraites de Kobe Bryant – Lil Wayne

Plein de fougue, il ose ! Le numéro 8 attaque le cerceau dès qu’il en a l’occasion !

Face aux Bulls puis aux Wizards, lors des 8 confrontations qui l’opposent à Michael Jordan, Kobe ne lâche jamais la légende. Sa majesté profite de ses rencontres pour prodiguer des conseils au « kid » que beaucoup considère comme le « next » Jordan. Le symbole est fort, c’est un véritable passage de témoin. Kobe Bryant sera le Michael Jordan de la génération 80.

Kobe Bryant & Michael Jordan lors d’une de leur 8 confrontations

Quelques mois plus tard (en 1997), Kobe Bryant marque le All Star Game. Lors du Rookie Game, Kobe explose le compteur (31 points, un record). Lors du Slam Dunk Contest Kobe expose créativité et classe, il défie la gravité. Sans aucun doute Kobe sera un champion et pas n’importe lequel !

Un champion qui jouera 20 saisons et qui aura le palmarès suivant :

IMG_0353.JPG

« Been an all-star, been a champion
Free throw line, you hear them chanting
MVP, MVP, Kobe Bryant aka M-V-Me » – Paroles extraites de Kobe Bryant – Lil Wayne

Pour réaliser ce palmarès, le Black Mamba aura fait face aux obstacles qu’un sportif et qu’un entrepreneur affrontent. C’est en ce sens que son parcours est une véritable source d’inspiration. Pour ma part j’en retiens 8.

Leçon n°1 : le culte du travail

Comme tous les grands sportifs, derrière cette impressionnante carrière se cache un incroyable culte du travail.

« No such thing as exhaustion, No time for resting
Cause I dont take breaks, I just break records » – Paroles extraites de Kobe Bryant – Lil Wayne

Kobe était toujours le premier à arriver au gymnase pour s’entrainer intensivement. Par exemple, il comptait tous les points marqués et arrêtait uniquement à partir de 400.

Leçon pour un entrepreneur : entreprendre c’est accepter (surtout à la création de l’entreprise) d’avoir un calendrier « spécial » où les Samedis, Dimanches et jours fériés s’appellent Lundi.

Leçon n°2 : le leadership dans les meilleurs ou les pires moments

Kobe c’est aussi celui qui porte son équipe. Blessé ou pas, entouré de stars ou pas.

Nous aurons du mal à oublier ces matchs où il jouait le nez fracturé, blessé à la main, au genou… Malgré les douleurs, il aura toujours eu une énorme volonté : rester sur le terrain et jouer !

Kobe Bryant joue le nez fracturé

Après le départ de Shaquille O’neal et  Robbert Horry, Kobe prend ses responsabilités pour maintenir les Lakers à flot et remporter deux titres.

« The victory, and the glory
No Shaq, no Robert Horry
Now Kobe break em off, Kobe break em off, yeah » –
– Paroles extraites de Kobe Bryant – Lil Wayne

Leçon pour un entrepreneur : la vie d’une entreprise est faite d’arrivées et de départs. Lorsque des talents quittent l’entreprise, il faut pouvoir retrousser les manches et redoubler d’efforts. Il faut aussi retenir qu’un entrepreneur doit sans cesse s’impliquer car il est la locomotive d’une entreprise.

Leçon n°3 : être le meilleur ou en faire partie 

« I wanna be the best.
I wanna be the best that ever played, and thats why I play the game. » – Paroles extraites de Kobe Bryant – Lil Wayne

Horace Grant (ancien joueur de la NBA) retient de Kobe qu’il aura toujours voulu être le meilleur. Contrairement à la majorité des joueurs qui veulent juste être All-Star ou signer un excellent contrat, Kobe aura dès le premier jour voulu être le meilleur. Atteindre le niveau de Jordan tel était son objectif.

Leçon pour un entrepreneur : lorsqu’on entreprend il est important d’avoir cette volonté d’être le meilleur ou parmi les meilleurs de sa génération pour accroître les performances de l’entreprise.

Leçon n°4 : l’esprit de compétition

« Killa instinct, murder the basket
Then steal the ball back, hold it for ransome » – Paroles extraites de Kobe Bryant – Lil Wayne

Kobe Bryant joue pour gagner. Il l’aura fait pendant toutes les minutes passées sur le parquet, jusqu’aux dernières. Lors de son dernier match il aura marqué 60 points et permit à son équipe de remporter la victoire.

Leçon pour un entrepreneur : en tant qu’entrepreneur la compétition, comprenons la concurrence, doit être une source de motivation qui nous aide à repousser nos limites. Elle est constante !

Leçon n°5 : être fidèle à son équipe 

Kobe Bryant aura passé toute sa carrière aux Lakers. A plusieurs reprises, il aura pris position pour défendre les performances de ses coéquipiers ou les maintenir au sein de l’effectif. Le cas s’est présenté avec Derek Fisher et Pau Gasol.

Leçon pour un entrepreneur : l’équipe est le pilier le plus important d’une entreprise. Comme le dit le proverbe « Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble ». La cohésion, le maintien de l’équipe font partie des points utiles pour faire avancer une entreprise.

Leçon n°6 : la passion

Kobe n’était pas simplement intéressé par le basket une fois sur le parquet. Le basket-ball est une obsession pour lui. Il travaillait très dur pendant la saison, mais encore plus pendant l’hors-saison.

« It’s more than a game, this is a passion » – Paroles extraites de Kobe Bryant – Lil Wayne

Leçon pour un entrepreneur : entreprendre peut être tellement dur qu’il est facile d’abandonner. La passion est cette flamme intérieure qui nous permet de tenir.

Leçon n°7 : la volonté 

Pendant sa carrière, Kobe aura été blessé à plusieurs reprises. Lorsque Lebron James se blesse, ses coéquipiers l’aident à sortir du parquet. Lorsque Kobe se rompt le tendon d’achille, il ne quitte pas le parquet avant d’avoir tiré deux lancers francs. Ensuite, il marche seul pour rentrer au vestiaire.

Leçon pour un entrepreneur : la vie d’entrepreneur est faite de haut et de bas. Lorsque le morale ou que la santé sont au plus bas, il faut trouver la volonté et l’énergie pour aller de l’avant.

Leçon n°8 : laisser son empreinte, marquer l’Histoire et inspirer

Kobe a battu des records afin de laisser son empreinte dans l’Histoire de la NBA. Chris Webber (AKA C-Webb ancien joueur de basket-ball américain ayant évolué en NBA) twettait très justement que Kobe était le trait d’union entre la génération de Jordan et celle de Lebron James. En regardant Kobe jouer, établir de nouveaux records, nous aurons été des témoins vivants de cette Histoire.

Leçon pour un entrepreneur : nous entreprenons pour transmettre et laisser un héritage durable. Kobe l’aura fait en inspirant des milliers de jeunes à travers le monde.

Aujourd’hui, certains de ces jeunes jouent en NBA. Kobe aura été une vraie source d’inspiration pour eux tout comme il l’est pour des entrepreneurs.

En effet, les challenges du sport de haut niveau et de l’entrepreneuriat sont très similaires.  Prenons en de la graine !

C’est ainsi que se termine ce billet. J’écris les dernières lignes en repensant à ce chant entonné des centaines de fois pour Kobe Bryant « M-V-P, M-V-P, M-V-P ». Je les écris aussi en relisant ce bout de texte :

« If you see me in a fight with a bear, pray for the bear ». I’ve always loved that quote. Thats “Mamba Mentality”. We don’t quit, we don’t cower, we don’t run. We endure and conquer. Stop feeling sorry for yourself, find the silver lining and get to work with the same belief, same drive and same conviction as ever. -Kobe Bryant #mambamentality

Kobe, félicitations  pour ton parcours !

Kobe, merci pour cette inspiration !

Kobe, Lil Wayne avait bien raison de te dédier toute une chanson !

#‎ThankYouKobe‬

Le Sénégal, une locomotive digitale – Audrey et Olivier de W-PROJECT

Après la Côte d’Ivoire et le Ghana, Audrey et Olivier de W-PROJECT ont fait une escale au Sénégal afin de prendre le pouls digital du pays de la Téranga. Très rapidement, ils ont réalisé l’influence du digital sur la vie de ses habitants. Dakar, une ville hyper connectée fait office de locomotive digitale du continent. Avec un taux de pénétration d’Internet en constante augmentation (plus de 7 000 000 d’internautes), le Sénégal en particulier montre qu’il faut « sauter le pas pour rattraper ce gap numérique qui le séparait du reste du monde ».

Se battre pour la vérité du moment

W-Project est une plateforme qui parle de l’entrepreunariat et qui a décidé de faire une halte au pays de la Teranga afin d’échanger avec des architectes du numérique et recueillir leurs impressions sur cette nation en pleine phase de transition numérique.

C’est dans cette optique que nous avons conversé avec Audrey et Olivier, deux “explorateurs du digital”, avide de nouvelles découvertes.
Cet échange nous a permis d’exposer notre vision de ce Sénégal en phase d’émergence aussi bien numérique qu’économique et dont les mesures d’accompagnement de l’entrepreunariat sont de plus en plus effectives, permettant de répondre aux attentes de cette génération connectée. Notre perception : L’avenir de l’Afrique passe par l’éducation de ses ressources humaines  afin que celles-ci puissent profiter de toutes ces opportunités qu’offre le pays de la Teranga en matière d’entrepreunariat.

Le Sénégal, une locomotive digitale !

Sénégal, terre d’opportunités ! Sénégal, terre d’hospitalité ! Mais le Sénégal c’est aussi un pays avec très peu de ressources naturelles. Pour se développer, le pays a donc misé sur les services pour faire tourner son économie. On comprend alors pourquoi l’entreprenariat y est très encouragé et que des structures d‘accompagnement sont là pour épauler ceux qui ont décidé de s’investir dans ce secteur. On découvre ainsi des directeurs d’entreprises engagés qui mettent en exergue les spécificités du marché Sénégalais, mais aussi les opportunités nouvelles liées à l’avancée du digital dans ce pays.

 

BYFILLING, la startup qui veut démocratiser le concept de la « CONVERSATION DIGITALE » en Afrique

BYFILLING, la startup qui veut démocratiser le concept de la « CONVERSATION DIGITALE » en Afrique

Une interview menée par Samir Abdelkrim de StartupBRICS, dans le cadre de son projet terrain #TECHAfrique

By Filling, c’est d’abord une voix et une personnalité. Celle de Mohamed A. Diallo, à la tête d’une équipe d’une dizaine de personnes, tous spécialisées dans le marketing digital. Jeune entrepreneur nigérien vivant au Sénégal où il a co-fondé sa startup, Mohamed a spécialisée sa startup dans la niche de la conversation digitale.

Un secteur encore vierge dans le monde des grandes entreprises sénégalaises et africaines, souvent peu familières des réseaux sociaux. Aujourd’hui incubé au CTIC Dakar, By Filling nous donne sa vision de l’écosystème startup au Sénégal.

Et glisse quelques conseils à ceux qui veulent entreprendre dans le digital au Sénégal.

HELLO MOHAMED ! PEUX-TU NOUS EN DIRE UN PEU PLUS SUR TA STARTUP BYFILLING ?

Je suis le confondateur de CEO de ByFilling, une agence de conversation digitale – ici un concept vraiment méconnu – ce qui fait de nous une entreprise vraiment nouvelle dans le paysage sénégalais. Car notre mission est d’accompagner les marques à aller en ligne de manière réfléchie afin qu’elle puisse tirer profit des réseaux sociaux : on répond de A à Z à l’ensemble des problématiques de nos clients, du simple conseil au diagnostic en passant par l’évaluation stratégique. Nous sommes passés en quelques mois de 5 à 12 personnes.

Nous sommes incubés au CTIC depuis près d’un an, au sein de cet écosystème. C’est un choix et une nécessité pour nous d’évoluer dans cette dynamique et profiter de toute cette ambiance.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire l’article intégral sur TECHAfrique.com